Sélectionner une page

Zones humides

 

Les zones humides de la Communauté de Communes du Nord Est Béarn :
corridor naturel entre préservation et valorisation d’une biodiversité particulière et planification territoriale.

 

Pour rappels, la Communauté de Communes du Nord Est Béarn (CCNEB) a été créée le 1er janvier 2017, suite à la fusion de trois ex intercommunalités : la Communauté de Communes (Cdc) du Canton de Lembeye en Vic-Bilh, la Cdc du Pays de Morlaàs et la Cdc d’Ousse Gabas.

La Cdc du Canton de Lembeye menait depuis plus de vingt ans, à travers des plans de gestion annuels, des actions de préservation, suivi, entretien et valorisation sur des espaces naturels d’intérêt patrimoniaux : les pelouses sèches à orchidées du coteau de Lembeye (onglet « pelouses sèches à orchidées »).

En ce qui concerne les deux autres intercommunalités et leur implication dans la conservation et la sauvegarde des espaces naturels, nous pouvons mentionner la présence de zones humides sur plusieurs communes. En effet, dans les années 2000 un premier inventaire avait été entrepris par la Cellule d’Assistance Technique des Zones Humides (CATZH) des Pyrénées-Atlantiques, identifiant des zones sur Arrien, Buros et Barinque. Cette dernière a d’ailleurs fait l’objet en 2004 d’un compte rendu d’expertise écologique par le CEN Aquitaine dans le cadre du réseau SAGNE Zones Humides 64.

Une zone humide, support chaque année de plusieurs animations organisées par le Centre Permanent d’Initiatives à l’Environnement du Béarn (CPIE), se trouve également sur la commune de Ger (ex Cdc d’Ousse Gabas).

Aujourd’hui ces informations résument la situation actuelle sur la nouvelle intercommunalité en termes de zones humides au sens large. En ce qui concerne les 31 communes de l’ex Cdc du Canton de Lembeye, nous n’avons aucune donnée sur ces milieux (présence, localisation…), quant aux 43 autres cela reste évidemment à approfondir.

La CCNEB, malgré sa récente création, se manifeste par une véritable volonté de préservation et de valorisation de son patrimoine naturel. Ceci peut être traduit comme l’héritage des ex intercommunalités qui la compose, mais aussi par le souhait de s’inscrire dès à présent dans une démarche de concertation, de réflexion et de cohérence territoriale et locale plus large.

En effet, la création de la CCNEB est également synonyme de la mise en place d’un outil de planification, le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi). Afin d’être le plus réaliste possible et recevable auprès des services de l’Etat, cet outil doit absolument prendre en considération l’existence de zones humides. Ces dernières jouent un rôle primordial dans la réduction du risque d’inondation et le maintien des niveaux d’eau à l’étiage, favorisant ainsi une meilleure dilution des rejets. Leur préservation durable est donc indispensable mais cela ne peut se faire qu’en ayant identifié l’ensemble de ces zones sur tout le territoire.

De plus, et comme mentionné plus haut, la CCNEB possède un cadre de référence avec les actions menées sur les pelouses sèches à orchidées du coteau de Lembeye, pour mettre en place une opération concertée de gestion et de conservation des zones humides.

Le projet envisagé par la CCNEB consiste à la définition d’un plan de gestion annuel, définissant des actions d’inventaire et de diagnostic dans un premier temps puis de suivi, de gestion, de restauration et de valorisation.

Suite à la publication de l’Appel à Projets par la Région Nouvelle-Aquitaine début juin 2017, un premier dossier de candidature a été transmis aux services instructeurs afin de leur présenter les motivations et actions envisagées par la CNEB. Suite à l’étude des éléments fournis, nous avons été sollicités pour transmettre avant le 1er septembre 2017 le dossier complet mentionnant le détail des interventions prévues pour 2018 ainsi que leur budgétisation. Ce travail est fait en collaboration avec le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Aquitaine (CEN). Cet appel à projet est donc l’occasion, à la fois de s’inscrire dans la Trame verte et Bleue, de maintenir et conserver les populations de pollinisateurs et de réfléchir transversalement à l’aménagement du territoire pour concilier activités humaines et biodiversité.

La Région prévoit pour l’année 2018 un accompagnement à hauteur de 60% pour les structures retenues afin de mettre en place un programme d’actions relatif, en ce qui concerne le territoire de la CNEB, à l’inventaire des zones humides et à la création d’une base de données compatible avec les critères de l’Agence de l’Eau Adour Garonne (AEAG).

L’objectif principal de cette démarche est avant tout d’identifier scientifiquement sur le terrain les zones humides présentes sur l’ensemble du territoire afin de pouvoir les gérer et les valoriser, contribuer au développement des pollinisateurs et les intégrer dans une réflexion de Trame Verte et Bleue mais aussi de planification territoriale puisque toute mise en place d’un futur PLUi entraîne une prise en compte indispensable de ces milieux.

Cet Appel à Projets comprend deux volets d’actions :

– des actions opérationnelles visant à identifier, préserver, restaurer ou créer des continuités écologiques (plantations, réouverture de milieux, restauration de zones humides, création de mares…),

– des actions de sensibilisation et de participation des acteurs : animations, chantiers participatifs, concertation, formations, réalisations de supports de communication…

Il est proposé pour l’année 2018 de réaliser l’inventaire des zones humides sur le territoire, d’en faire une cartographie et de créer une base de données compatibles aux critères de définition de ces milieux.
Cette étude a été présentée à l’ensemble des élus en décembre 2018.
L’année 2019 sera marquée par la mise en place d’actions de restauration et de préservation sur les milieux identifiés prioritaires parmi les réservoirs de biodiversité recensés sur le territoire afin de favoriser les pollinisateurs :
– débroussaillage,
– coupe et exportation de ligneux,
– broyage mécanique,
– création de mares,
– pose de clôtures,
– récolte de graines, semences locales sur les prairies naturelles de fauche identifiées lors de l’étude TVB en 2018, grâce à une brosseuse ou petite moissonneuse batteuse. Une fis la récolte conditionnée, l’objectif est de réensemencer ces semences de plantes locales et adaptées à l’issue de la réhabilitation des décharges sauvages ‘programme global porté par la CCNEB, voir l’onglet « Déchetteries, décharges sauvages et ISDI« ). Le premier site concerné sera probablement la réhabilitation de la décharge de Ger.

Ces actions seront localisées sur 4-5 sites, mais l’objectif à terme consiste en la mise en place d’un pan de gestion pluriannuel sur l’ensemble des milieux et de pérenniser ces actions sur le long terme (brossage annuel des semences, …).

 

Concernant le volet valorisation/animation, un programme d’animations pédagogiques a été proposé aux écoles de l’ex Communauté de Communes du Canton de Lembeye sur les zones humides de Ger et de Barinque depuis l’année scolaire 2017-2018. Cette valorisation pourra être davantage développée, dans un premier temps, par une sensibilisation auprès des élus et agents, par la réalisation de supports de communication…

 

Le 11 avril 2018, à la salle des fêtes d’Anoye (64350), un ciné-débat sur les papillons menacés d’Aquitaine (projection du film « Ô papillons ») a été organisé par la Communauté de Communes du Nord-Est Béarn, dans le cadre de sa réponse à l’appel de projets de la Région Nouvelle-Aquitaine « Trame verte et bleue & pollinisateurs ». Cette manifestation a été l’occasion de sensibiliser un large public sur la problématique de disparition des zones humides et de la biodiversité qui y est associée.

Article de presse ZH Manas

En parallèle à ce projet, la CCNEB a également entrepris une démarche d’envergure afin de reconquérir la zone humide de « Ger Manas » (commune de Ger), soit une des plus vastes zones humides de la Région Nouvelle-Aquitaine, identifiée dés 1998 par le Conservatoire d’Espaces Naturels (CEN) d’Aquitaine. Plusieurs actions de gestion et de valorisation seront alors mises en place. Parmi ces actions, des travaux de résorption de la zone polluée, à proximité et impactant le milieu naturel, seront réalisés. Un plan de gestion global sera créé par le CEN Aquitaine au niveau de cet ensemble ainsi qu’un plan de valorisation afin de faire découvrir
ce milieu au grand public et aux scolaires de manière raisonnée et respectueuse. Des aménagements de valorisation seront également réalisés (cheminement sur pilotis au cœur de la zone humide, plate-forme d’observation, panneaux pédagogiques…). Cette démarche fait l’objet d’une demande de financements à la fois à l’échelle du Département des Pyrénées-Atlantiques, de la Région Nouvelle-Aquitaine mais aussi de l’Europe de manière à soulager la participation de la Communauté de Communes et de la commune de Ger.



L’étude préalable aux travaux de résorption a été lancée en avril 2019 par le Bureau d’Etudes retenu par la CCNEB. Les travaux devraient débuter en octobre 2019.